Imprimer

sloterdijk apres nous deluge

Dans ce livre l’auteur évoque à plusieurs reprises, mais comme en aparté la brutalité de l’inculcation aux jeunes des valeurs traditionnelles qu’il s’agissait d’incruster, jusqu’à les tatouer, dans leurs corps leurs cœurs et leurs têtes à coups d’initiations et autres épreuves plus ou moins morbides et il déplore... mais le déplore-t’il vraiment ?... que l’esprit moderne... qu’il fait remonter à l’Antiquité, à Platon puis à Jésus, ait depuis longtemps rompu avec la transmission héréditaire sachant que des hommes ont un jour imaginé qu’ils pouvaient s’affranchir des chaînes du passé et qu’à chaque génération... l’homme pouvait se réinventer.

 

C’est du moins ce que j’ai cru comprendre dans cet ouvrage roboratif volontiers redondant ou PS avance maintes propositions paradoxales qui caressent à rebrousse-poil des idées reçues « évolutionnistes » prêtées au lecteur. Il y a là-dedans une part de jeu, dont on finit par se lasser.

Mais y a-t-il des leçons à tirer de ce constat somme toute banal ?

J’en vois au moins une. La tradition se transmet (redondance, désolé) oralement, intangiblement, aucune altération n’est licite, l’auteur le souligne et l’illustre. Mais voit-il que, dès que l’écriture apparaît, se développe inévitablement l’esprit critique, qui fait nécessairement obstacle à la tradition inconditionnelle. Et génération après génération il dissout le paysage mental des arrières monde qui se modifie... parfois jusqu’à disparaître, quand l’inanité des croyances primitives devient par trop manifeste.

Faut-il le regretter ou faut-il mieux regretter que les enfants ne croient plus au loup-garou ou que des chrétiens ne croient plus à l’enfer ?

Personnellement je n’y ai jamais cru, à l’enfer... mais je ne suis qu’un mécréant... et tout le monde se moque, de Satan, c’est épatant !

In fine : pourquoi ce livre ? Quelle est exactement sa thèse ? et si l’auteur a véritablement identifié un problème qu’on n’aurait pas vu avant lui que suggère-t’il pour y remédier ?

Faut-il faire « table rase du passé » c’est-à-dire de la culture et revenir à la tradition ? Mais laquelle ?

Voici un livre brillant, trop brillant, qui laisse plus de questions en suspens qu’il n’en résout, c’est au moins un de ses mérites

 

Payot (2014) - 504 pages

 

N. B. : Voir ici la fiche de livres-et-lectures.com